La déontologie selon Syntec Coaching

28 novembre 2016

Créateur du premier processus d’habilitation des cabinets à la pratique professionnelle du coaching en France, Syntec Coaching est porteur de valeurs fortes qui garantissent à la relation coach/client un cadre clairement codifié. Entretien avec son président, Claude Burette.

 

Qu’est-ce que Syntec Coaching ?

Claude Burette - Syntec Coaching réunit depuis douze ans, à l’initiative de la commission coaching de Syntec Conseil en Evolution Professionnelle, des professionnels guidés par la volonté affirmée de tenir une place active et d’assumer un rôle de référence auprès des entreprises sur le volet humain du changement. Cette commission transversale rassemble des coachs de cabinets issus de trois syndicats : SYNTEC Conseil en Evolution Professionnelle, SYNTEC Conseil en Recrutement et Consult’in France. Dans ce cadre, outre la veille sur les éléments structurants du métier et la publication d’enquêtes ou de statistiques, nous axons nos efforts sur le développement des bonnes pratiques et d’une démarche éthique.

Quels sont vos grands enjeux en matière d’éthique et de déontologie ?

C. B. – Le coaching propose aux entreprises des démarches d’accompagnement puissantes pour innover, fédérer et opérer des transformations majeures, que ce soit à titre individuel ou collectif. Il permet d’accompagner un salarié, un groupe ou une équipe, afin d’optimiser leur potentiel humain et professionnel pour un meilleur exercice de leurs responsabilités au sein de l’entreprise. A ce titre, le coach travaille donc avec un (ou plusieurs) salarié(s), mais son client et donneur d’ordre reste l’entreprise. Cette relation tripartite a besoin d’être codifiée afin de la rendre claire pour les trois parties prenantes. Le coach est-il au service de l’entreprise ou du salarié qu’il accompagne? Cette question de la place du coach est centrale dans notre approche déontologique.

C’est donc là l’objectif du code de déontologie de Syntec Coaching ?

C. B. – Absolument. A nos yeux, il s’agit de protéger les parties prenantes au contrat de coaching, en fixant des règles. Notre code de déontologie a ceci de spécifique qu’il exige clairement la conclusion de ce contrat tripartite définissant les droits et devoirs de chacun : l’entreprise, le coach et le salarié. Prenons un exemple : une entreprise qui fait appel à un coach pour ses salariés attend de la démarche un certain nombre d’évolutions. Si le coaché n’est pas en phase avec ce préalable, s’il n’a pas la volonté de progresser, rien n’est possible. Se mettre d’accord sur les objectifs du coaching constitue déjà une grande part du travail de transformation engagée par le coaché!

Pourquoi faire appel à un cabinet adhérent à Syntec Coaching ? Quelle valeur ajoutée ?

C. B. –  Syntec Coaching fédère des cabinets, et ceux-ci emploient des coachs certifiés. En tant qu’entreprises, ces cabinets ont vis-à-vis de leurs collaborateurs et de leurs partenaires un certain nombre d’obligations structurantes, au premier rang desquelles la formation. Le parcours de formation des coachs certifiés est un chapitre important de la demande d’habilitation. Elle démontre la volonté du cabinet de participer à l’effort de formation de ses coachs salariés ou partenaires.

Ensuite, les cabinets membres de Syntec Coaching s’engagent à ce que leurs coachs soient supervisés de façon régulière et significative, en individuel ou en collectif, par un superviseur extérieur au cabinet.

Enfin, à la différence d’un coach indépendant, un coach d’un cabinet évolue dans un environnement professionnel constitué de pairs, auprès desquels il peut chercher des conseils en cas de besoin et prendre du recul : cette ressource complémentaire, que nous appelons l’Intervision, est capitale.

En synthèse, l’appartenance à Syntec Coaching offre à nos clients une véritable garantie de professionnalisme, de sérieux et de déontologie.

En quoi consiste votre démarche d’habilitation ?

C. B. – Syntec Coaching délivre l’habilitation pour un cabinet sur la base d’un certain nombre d’engagements. Lors de ce processus, le cabinet vient présenter devant la commission les valeurs de son entreprise, sa vision du coaching et la place qu’occupe cette activité au sein du cabinet. Si l’audition est validée par le jury, l’entreprise se voit officiellement habilitée Syntec Coaching, à charge pour elle de mettre en place en interne la démarche d’habilitation qu’elle a présentée et fait habiliter pour l’ensemble de ses coachs : ce processus a pour objet de valider l’adéquation entre le profil des candidats et les qualités indispensables à l’exercice du métier, telles qu’elles ont été définies par le syndicat. Dans ce cadre, les jurys d’habilitation comportent obligatoirement trois membres, dont l’un au moins est externe au cabinet et reconnu sur le marché du coaching. A date, Syntec Coaching compte 16 cabinets habilités, représentant 136 coachs (eux-aussi habilités), et notre porte reste bien sûr ouverte pour de nouveaux cabinets. Attention : rien n’est gravé dans le marbre pour autant, et l’habilitation peut être remise en question, voire retirée, lorsque la commission se voit avertie de pratiques contraires à la déontologie ou encore que lorsqu’un cabinet ne remplit pas les obligations auxquelles il s’est engagé, notamment en matière de supervision. C’est aussi ce qui fait la force de notre « label ».